Bejaïa passionnément Méditerranéenne - Tourisme et Voyages
mardi , 25 juin 2019
Accueil / Destinations / Bejaïa passionnément Méditerranéenne

Bejaïa passionnément Méditerranéenne

Bejaïa est l’un des balcons sur la méditerranée. Chaque année, les estivants de toute l’Algérie ainsi que les Algériens vivant à l’étranger viennent se ressourcer tant cette ville peut proposer plusieurs formes de tourisme

Il n’y a pas que le balnéaire à Bejaia, mais le thermal, la remise en forme et l’agro-tourisme trouvent aussi leurs place dans cette ville, Il y a aussi le tourisme urbain. L’ancienne ville résiste à la marche du temps. La rue des Vieillards est entrecoupée de différents escaliers. Des maisons descendent en cascade vers la mer. «Bejaïa attire d’abord par sa sécurité et la mentalité de ses habitants qui sont accueillants et hospitaliers. Les étrangers s’intègrent facilement», témoigne Fayçal, originaire de la cité.

La place Gueydon est un des lieux favoris de détente des visiteurs. Ils sirotent un café fumant, un thé à la menthe où prennent une bonne glace. D’autres immortalisent ces instants en prenant des photos avec leurs appareils où des selfies grâce à leurs smartphones. Certaines photos et vidéos sont envoyées immédiatement aux amis ou mis en ligne dans des blogs ou réseaux sociaux. Certains observent le trafic portuaire en bas de la colline. Des fragments de vies se croisent. Des jeunes rassemblent les morceaux du puzzle des rêves brisés.

On contemple les jolies façades d’immeubles peintes en bleu ciel et blanc et l’hôtel de l’Etoile où avait séjourné le Président Manuel Texeira Gomes (1860-1941) qui a séjourné à Bejaia  de septembre 1931 jusqu’à sa mort le 18 octobre 1941.
Un buste de ce dernier est érigé dans une place à une petite encablure de la place Gueydon.

Toute une histoire

La Brise de mer se réveille tous les matins caressant les côtes. Les vagues sont un hymne à la méditerranée. On y vient en couple, entre amis ou en groupe. La promenade est un pur moment de bonheur. Un tunnel sous le Fort Sidi Abdelkader mène à la Brise de Mer. On entend l’écho des voix. Pour ceux qui recherchent l’ivresse des hauteurs, le Pic des singes est à vol d’oiseau. Il y a d’autres vestiges à visiter : Bâb El Bounoud (Porte des étendards), la Porte Sarrazine et la Casbah.

«C’est ici à Bejaïa, cette cité aux milles merveilles, côtoyant de grands savants qui y vivaient et enseignaient les sciences les plus répandues que j’ai pu atteindre un haut degré de connaissance», a témoigné Ibn Khaldoun, fondateur de la sociologie et de la science historique.

«Son charme irrésistible, fruit des noces joyeuses et minérales de la montagne et de la Méditerranée, n’a pas laissé indifférents les Phéniciens, Carthaginois, Andalous, Turcs, Espagnols puis Français qui y ont laissé une histoire, des vestiges et une manière atypique d’être et de vivre», lit-on dans une brochure éditée par la direction du tourisme de la wilaya.

Vue imprenable et Mer turquoise

Au niveau du Parc national de Gouraya, la vue est imprenable. On a d’un côté la couleur verte de la montagne et de la forêt, de l’autre, une mer turquoise et bleue. C’est très beau à voir ! On rencontre aussi beaucoup de singes dans la région. «Bejaïa la cosmopolite, la tolérante, la coquette, la côtière, la touristique et l’historique région et capitale de la vallée de la Soummam, ville a vocation touristique depuis toujours, offre d’énormes potentialités», déclare le directeur du tourisme et de l’artisanat.

La région a porté plusieurs noms au fil des siècles : Saldea à l’époque Romaine, El Naciria à l’époque Arabo-musulmane et Bougie à l’époque coloniale. D’abord connue en Europe grâce à la qualité de ses chandelles faites de cire d’abeille auxquelles elle a donné son nom, les bougies, Béjaïa a également joué un rôle important dans la diffusion des chiffres arabes en Occident. Elle est aussi, grâce à sa situation géographique, le plus important pôle industriel de la région, notamment par la concentration de nombreuses industries et la présence d’un des plus grands ports pétroliers et commerciaux de Méditerranée. Elle est dotée d’un aéroport international.

La grotte d’Aokas

Lieu mythique, située sur la corniche du cap Aokas à 25 kilomètres à l’est du chef-lieu de la wilaya de Bejaia, la grotte féerique d’Aokas a été découverte en 1962, par hasard, au cours des travaux de percement d’un tunnel. Véritable trésor naturel et d’une splendeur dont seule dame nature possède le secret, la grotte merveilleuses est faite de mystérieuses formes brillantes de matière cristalline. Comme les autres grottes karstiques, la Grotte féerique est un musée naturel de sculptures, œuvre d’un façonnage millénaire de l’eau. Les cascades de Kefrida sont situées à 8 km du cap Aokas sur un col entre deux sommets montagneux : l’Adrar Djama n’Siah à l’ouest et l’Ablat Amellah (altitude 1364 m) à l’est dans la chaine des Babors. Elles ont une hauteur totale de 50 mètres. Les cascades sont au nombre de trois. Les chutes d’eau prennent naissance à Tala Kefrida, dans un village perché sur le mont d’Igoulalen à environ 800 mètres.

Une cité au carrefour des civilisations

Aux «Ayguades», on y vient pique-niquer sous les ombrages et dans la fraîcheur d’une source permanente à laquelle les marins de jadis venaient s’approvisionner. La mosquée de Sidi Soufi est l’une des plus anciennes mosquées de la ville de Bejaia. Elle est considérée comme la grande mosquée de la ville, de par sa surface, son cachet architectural Magrébin et surtout sa situation au sein du noyau historique de la ville de Bejaia. L’entrée de la mosquée fait face à une grande esplanade ceinturée par une galerie donnant accès à des boutiques et ateliers artisanaux. Ses fenêtres sont joliment décorées avec de la belle faïence arabesque. La rue Fatima mène vers le marché Philippe et le lycée Ibn Sina sur la gauche. Non loin de là, c’est Bab El Fouka, l’une des cinq portes de la ville qui vous fera revivre l’époque hammadite  lorsque dès la tombée de la nuit la ville était fermée aux étrangers.

Cette mosquée a joué en plus de son rôle religieux, un rôle  social très important, car elle a été le centre de toutes les décisions et mouvements pendant la période coloniale. La wilaya est composée de 71 établissements hôteliers importants avec une capacité d’accueil totale de 4127 lits ainsi que 38 campings avec une capacité d’accueil totale de 14 992 lits et 5 auberges. Des opportunités d’investissement sont diverses et variées. Les autorités locales tentent d’encourager toutes les bonnes volontés pour dynamiser l’investissement tous secteurs confondus tel que Tourisme. L’encouragement d’un style urbanistique et architectural conforme aux traditions locales et à l’histoire de la région, ainsi que la préservation du patrimoine naturel et la sauvegarde du caractère naturel «sauvage» des espaces non urbanises est plus que nécessaire.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Vérifiez également

Timimoun la perle flamboyante

Timimoun la flamboyante, l’ensorceleuse, la ville rouge… Les adjectifs ne manquent pas pour qualifier ce ...