#En Plein Vol 2 : Air Algérie pleinement engagée dans «la bataille du ciel» – Tourisme et Voyages
lundi , 10 décembre 2018
Accueil / Compagnies / #En Plein Vol 2 : Air Algérie pleinement engagée dans «la bataille du ciel»

#En Plein Vol 2 : Air Algérie pleinement engagée dans «la bataille du ciel»

Air Algérie est en pleine reconquête du ciel. Face à une concurrence de plus en plus rude, elle déploie ses ailes. Objectif immédiat : gagner des parts de marché et être à la hauteur des attentes de ses passagers.

Mission délicate mais pas impossible d’autant plus que la volonté est plus que jamais affichée pour aller plus haut dans la performance opérationnelle. La stratégie de la compagnie nationale Air Algérie à moyen terme repose sur le renouvellement de la flotte, le renforcement des capacités de la base de maintenance, l’entrée en service du centre principal de la nouvelle aérogare d’Alger, la numérisation des opérations administratives et des modes opérationnels et la formation des travailleurs. Le plan d’action vise aussi à réduire les coûts d’exploitation, d’intensifier la coopération avec les instances et entreprises partenaires, d’améliorer la communication avec les clients et de renégocier les conventions aériennes internationales. La compagnie est l’une des plus importante du pays et qui emploie plus de 10 000 personnes « La mission que j’ai reçue est d’essayer de remettre cette entreprise sur les rails» a déclaré à plusieurs reprises Bakhouche Alleche, PDG d’Air Algérie. Il y a des contraintes majeures dont la plus importante est une concurrence féroce et massive (27 concurrents étrangers, y compris des low-cost), sur le marché France, il y a 7 concurrents. Les tarifs sont tirés vers le bas. Le réseau domestique représente 39% de l’activité et ne génère que 9% du chiffre d’affaires.

Renouveler la  flotte

Abdelghani Zaalane, ministre des Transports et des Travaux publics, a déclaré que les autorités algériennes sont «déterminées à développer la flotte aérienne et à moderniser le secteur de l’aviation civile dans le cadre d’une stratégie à long terme». Un signal fort des pouvoirs publics qui comptent faire d’Air Algérie l’une des compagnies les plus solides même si de temps en temps elle traverse une zone de turbulence.

Selon le magazine américain Forbes, Air Algérie a commencé à planifier la prochaine phase de développement de sa flotte, avec des études initiales concluant à la nécessité de disposer de 35 avions «essentiellement à fuselage étroit» d’ici 2025. Une quinzaine d’avions seront utilisés pour l’expansion nette de la flotte, tandis que les 20 autres remplaceront les modèles vieillissants. Actuellement, Air Algérie possède 58 appareils, à savoir 35 Boeing, 15 ATR et 8 Airbus A330-200. Parmi les 20 avions qui devaient être retirés, Bakhouche Alleche a confirmé que 8 seront des ATR 72-500.

S’agissant du respect des horaires des vols, les rapports ont relevé une amélioration du taux d’engagement à près de 70 % en 2017 contre 65 % en 2016, mais les responsables soulignent toutefois qu’il est important de «préserver ce rythme pour renforcer la concurrence d’Air Algérie».

Un chiffre d’affaire de 91 milliards de DA en 2017

Le transport de 4,3 millions de voyageurs, soit 67 % du nombre global des passagers en Algérie. Les dessertes françaises représentent à elle seule 58 % de ce bilan. La part de la compagnie a atteint 52 % du marché aérien international.
Air Algérie a assuré également le transport de près de deux millions de personnes sur les lignes intérieures, selon les chiffres avancés par la compagnie qui a réalisé un chiffre d’affaire de 91 milliards de DA en 2017, soit une augmentation de 3 %. La mise en service de la nouvelle aérogare de l’aéroport d’Alger, prévue pour fin 2018, est perçue par Air Algérie comme une véritable opportunité commerciale pour se déployer en Afrique. La compagnie aérienne nationale compte utiliser le nouvel aéroport, ultramoderne, pour desservir plus de capitales africaines.

En dehors des pays limitrophes de l’Algérie, la compagnie aérienne nationale est peu présente en Afrique. Elle ne dessert que Bamako, Abidjan, Dakar, Niamey, Nouakchott et Ouagadougou. Mais, grâce au nouveau hub d’Alger, la compagnie algérienne compte rattraper graduellement son retard. L’ouverture de nouvelles lignes sera tributaire des études de marché qui définiront la rentabilité.

En fait, La viabilité d’Air Algérie dépend du changement de son modèle économique, c’est-à-dire de passer du trafic d’un pays à un autre à ce qu’on appelle le trafic de transit ou la sixième liberté. C’est ce modèle qui est pratiqué par les compagnies aériennes étrangères qui desservent le pays que ce soit des compagnies européennes ou celles du Golfe. Elles ont inéluctablement pris une part du marché à la compagnie nationale.

Le processus de développement d’Air Algérie est en constante évolution dans le but de se mettre au diapason des compagnies aériennes internationales, par la modernisation de sa flotte, de ses outils de gestion et systèmes d’information ainsi que par la mise aux normes de ses activités, face aux défis permanents et cruciaux du marché.

Les promos pour booster les ventes

Par ailleurs, une politique de tarifs promotionnels est envisagée prenant  en considération la disponibilité des sièges et la rentabilité de la compagnie. Des billets promotionnels ont déjà été mis en vente sous différentes formules (famille, enfants, jeunes, séniors). Ces tarifs peuvent, pour certaines catégories, correspondre jusqu’à 65% du prix ordinaire du billet.

Depuis fin 2006, Air Algérie a mis en place la pratique du «Yield Management» dans son système de tarification. C’est un outil de gestion au sein des entreprises de service dont l’objectif est de «maximiser les recettes des vols (passagers)».

Pour la compagnie Air Algérie, la distribution s’effectue par les ventes directes et indirectes : les ventes directes sont réalisées par le contact direct entre les clients et la compagnie via ses propres agences et les ventes indirectes réalisées par des intermédiaires (agences de voyages, voyagistes, autres transporteurs).

Air Algérie a décidé aussi de consolider ses relations avec les agences de voyages. En 2016, l’on estime seulement à 40% la contribution des agences agrées au chiffre d’affaires réalisé par la compagnie. «Il est temps que nos partenaires parmi les agences des voyages se hissent en éléments essentiels dans le plan de développement de notre compagnie aérienne. Elles représentent pour nous un potentiel important», a expliqué  Zoheir Houaoui, responsable de la division commerciale d’Air Algérie lors de la dernière rencontre annuelle d’Air Algérie avec des responsables d’agences de voyage. Un partenariat gagnant-gagnant et qui fera décoller de nouveau la compagnie aérienne nationale qui a besoin de prendre de l’altitude.

 

Vérifiez également

Une chaîne de cuisine sur le système de divertissement d’Emirates

Emirates lance sa propre chaine de cuisine afin de permettre à ses clients de découvrir ...