Une consécration internationale pour Lamaraz Arts Hôtel – Tourisme et Voyages
lundi , 10 décembre 2018
Accueil / Actualités / Une consécration internationale pour Lamaraz Arts Hôtel

Une consécration internationale pour Lamaraz Arts Hôtel

Lamaraz art  Hôtel se distingue à l’échelle internationale à travers le prix d’excellence dans la catégorie nouvel hôtel de luxe dans le monde. Un honneur  pour la direction, et les employés de l’hôtel mais aussi  pour l’Algérie qui a adopté récemment une nouvelle politique en matière de capacité et  d’infrastructure hôtelière.

Il y a un peu plus une année, lors de son inauguration, on présentait Lamaraz Arts Hôtel  sur ces mêmes colonnes, comme étant un véritable joyau qui n’a rien à envier aux grands hôtels dans le monde. Le temps nous a donné raison avec la consécration internationale du prix d’excellence dans la catégorie nouvel hôtel de luxe dans le monde. Une distinction qui émane d’une organisation mondiale  The World Luxury Hôtel Award, reconnue depuis 12 ans  pour ses capacités d’élire les meilleurs hôtels dans le monde« C’est une fierté et un honneur pour nous d’avoir décroché cette distinction en l’espace d’une année de travail, et surtout d’avoir permis à l’Algérie d’entrer dans la cour des grands dans le secteur de l’Hôtellerie» déclare fièrement, Mr Zayene Boubacar,  le directeur de l’Hôtel  Lamaraz Arts Hôtel juste après son retour de Bali, la capitale Indonésienne ou se sont déroulés, le 10 Novembre  dernier, les cérémonies du World Luxury Hôtel Award  2018, l’évènement le plus important dans le secteur hôtelier dédié  aux hôtels de luxe  pour la qualité des installations et du  services offert aux clients.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une première en Afrique du Nord

Ainsi l’hôtel lamaraz, situé dans le quartier de Kouba, classé 4 étoiles, certifié ISO 9001  et accrédité selon les normes internationales, est le seul Hôtel en Algérie et en Afrique du nord à avoir le privilège d’être primé sur le plan mondial, une année seulement après son existence.  Pourquoi une telle ascension rapide, c’est simple, c’est « grâce à une politique interne très rigoureuse » affirme le directeur général qui n’oublie pas de mettre l’accent sur la formation des ressources humaines « le personnel est trié au volet et  bénéficie des formations continues pour assurer la continuité et le service que ce soit  dans la restauration, la réception, le service d’étages ou encore dans le SPA » 

Cette consécration, la 1ere  pour un hôtel en Algérie, permet à Lamaraz de faire partie des dix leaders mondiaux du secteur hôtelier, un label lourd à porter  par la direction et le personnel qui vont être appelé à redoubler d’efforts pour maintenir ce leadership «  Depuis notre retour de Bali, je constate plus de fierté, de joie et de volonté chez nos employés, ils sont déterminés à maintenir le cap et assurer plus de qualité, et plus de services pour nos clients, Notre responsabilité est devenue plus  lourde, d’autant plus que notre clientèle est composée en majorité d’hommes d’affaires de passage à Alger

De l’Art en l’air

L’hôtel  possède une capacité dans  25 chambres de luxe  d’une superficie de 30 à 47 m2, de 36 chambres premium dont une  dédiée aux personnes à mobilité réduite, de 5 suites de luxes 50 à 60 m2,  d’une suite premium 110 m2 et enfin deux suites paradis qui portent bien leur noms tant  elles comportent toutes les commodités y compris, un espace bureau,  un jacuzzi extérieur, une kitchenette et une double terrasse  balcon qui offrent une vue extraordinaire sur Alger.

Les concepteurs de l’hôtel Lamaraz ont mis en valeur l’aspect artistique de d’hôtel à travers les appellations des six niveaux d’hébergements de l’hôtel. Ainsi chaque niveau porte le nom d’un peintre de renommé de l’art orientaliste lié au voyage. Ainsi les Mohamed Racim, Etienne Dinet, Abdelhalim Hemche, Omar Racim, Frederick arthur Brighman et Baya Mahieddine sont mémorisés par Lamaraz  qui n’oublie pas le côté historique à travers les appellations données à la salle des banquets et celle des séminaires au niveau E, la première pour le philosophe, théologien, et médecin musulman ibn Rochd de Cordoue, plus connu sous le nom latin d’Averroès et la seconde à la belle diva de Ramses NEFERTARI. Par ailleurs, les pierres précieuses, JADE, LAZULI, AIGUE MARINE et Opale  sont mis en valeur au niveau 8  celui des suites paradis

Une vue panoramique sur la baie d’Alger

Pour l’aspect business, l’hôtel propose un business center, ou on peut organiser des meetings, ou encore le Nubia lounge, un espace dédié aux réceptions privées, ainsi que trois salles de meeting qui peuvent contenir jusqu’à 200 personnes.

Au 7eme étage de cet établissement, et juste avant les deux suites paradis, on trouve le restaurant panoramique « La baie » qui offre une cuisine internationale raffinée et des buffets riches ainsi que des cocktails exotiques, un autre restaurant  « Le fusion Lounge »  propose une cuisine de saison légère et savoureuse soigneusement préparé par le chef.

Les concepteurs de cet établissement n’ont pas oublié l’aspect bien être avec un étage, le 6e, spécialement dédié. On y trouve, une salle de sport, un Hammam, un Sauna, une petite piscine couverte, une salle de massage, et aussi un petit salon esthétique, Tout ce que peut avoir besoin le client après une rude journée de travail. Un bon espace détente pour lui permettre de passer un agréable séjour.

« Cette consécration est l’aboutissement des efforts de tous les employés ainsi que de notre savoir-faire dans l’accueil, la qualité de service et le bien être des clients » conclut le directeur général qui a tenu à se déplacer lui-même en Indonésie , en compagnie du propriétaire de l’Hôtel Mr Nazim Ould Lamara « C’est un nationaliste, il a construit cet hôtel pour participer à l’essor de son pays dans le tourisme, il a cru en ce projet et insiste toujours  sur la qualité de son hôtel et du service qu’il peut garantir aux clients » témoigne Mr Zayene Boubacar.

Vérifiez également

Hausse de 17% dans les hôtels Hammadites et Bougaroun

Le nombre de clients dans les hôtels balnéaires “Hammadites” de Béjaia et le “Bougaroun” de ...