2300 touristes étrangers accueillis à Tassili-N’Ajjer en 2020

2316 touristes étrangers ont convergé l’année dernière (2020) vers la région du Tassili-N’Ajjer dans la wilaya d’Illizi.

Un recul de touristes a été enregistré par rapport au flux accueilli en 2019 estimé à plus de 3900 touristes étrangers. Toutefois, plus de 2000 visas touristiques ont été annulés l’année dernière du fait de la propagation de la pandémie du Coronavirus (Covid-19). C’est ce qu’a expliqué le directeur du secteur Aziz Ouamer. « Les activités touristiques ont été impactées la suspension des dessertes aériennes internationales et domestiques, des services hôteliers, des agences touristiques en raison de la mise en œuvre des mesures préventives prônées par les pouvoirs publics dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19 ».

En prévision de la reprise graduelle des activités touristiques au titre de l’ouverture de la saison touristique saharienne, les services du secteur du tourisme se sont attelés, en coordination avec la chambre du tourisme et de l’artisanat et des partenaires, à la relance du mouvement touristique dans la région conformément au protocole sanitaire pour assurer une relance saine et sécurisée des touristes dans la région.

La wilaya d’Illizi constitue une destination touristique par excellence accueillant annuellement d’importants flux de touristes étrangers et nationaux eu égard aux grandes potentialités touristiques qu’offre la région du Tassili-N’Ajjer, patrimoine matériel et immatériel, sites archéologiques classés patrimoine universel.

Des oueds verdoyants à perte de vue, des dunes gigantesques au sable blanc, des montagnes rocailleuses aux couleurs changeantes, du soleil et un silence monastique. Tels sont les principaux ingrédients que comporte le circuit touristique à Illizi. Mais ce dernier a besoin d’un label touristique à la mesure de ses richesses.

Illizi est une destination à valoriser et à remettre dans les circuits touristiques surtout que la saison touristique du Sud s’étale jusqu’au printemps. Le tourisme saharien reste le parent pauvre du tourisme national alors qu’il est censé être son moteur et sa locomotive.  Le désert est un produit d’appel important et stratégique et constitue le must de la destination Algérie.