Air Algérie : vers un vaste plan de restructuration

Fortement secouée par la pandémie du coronavirus (Covid-19) qui a impacté l’ensemble du transport aérien dans le monde, la compagnie nationale Air Algérie se prépare à lancer un vaste plan de restructuration pour assurer sa pérennité.

Ce plan s’articule autour de 11 points et devrait faire l’objet de discussions et de concertation entre la direction de la compagnie aérienne nationale et les partenaires sociaux. Dans ce contexte, une correspondance a été adressée le 27 avril dernier au secrétaire général de la section syndicale UGTA, aux présidents du SPLA et SNTMA ou la direction les invite à participer à la «réflexion» autour de ce plan qui prévoit notamment «le dimensionnement des effectifs par rapport à la compagnie», «la restructuration de la compagnie » et «la révision du régime de travail du personnel navigant et au sol».

Les autres points inscrits dans la proposition de la direction générale d’Air Algérie aux partenaires sociaux sont «la mise à jour du règlement, la mise à jour de la convention collective, le congé du personnel, la hiérarchisation des métiers et des salaires, le transport du personnel et la restauration du personnel ».

Les différents syndicats de la compagnie, qui représentent plus de 10 000 employés, sont invités à présenter leurs propositions à la direction avant le 5 mai. Une réunion avec les partenaires sociaux est prévue le jeudi 7 mai 2020.  

Lors de la réunion interministérielle relative au dossier du renouvellement de la flotte, le financement a été conditionné par la restructuration de l’entreprise et la rationalisation des dépenses.  

Pour continuer à être compétitive dans la féroce bataille du ciel, Air Algérie doit avoir des appareils neufs. Malheureusement, l’acquisition de nouveaux avions tarde. Sa flotte est composée de 56 appareils modernes d’âge moyen de 11 ans, selon le site web de l’entreprise. Dans un passé récent, le Conseil des participations de l’Etat (CPE) avait validé l’achat de 6 avions. Le budget proposé par la compagnie aérienne est de 2 milliards de dollars pour 29 avions acquis par étapes.

Les pertes se chiffrent à des millions d’euros. Le département des finances est d’ailleurs sur le point de finaliser un audit sur le préjudice qu’a subi jusque-là la compagnie aérienne. Les 56 avions assurant l’activité commerciale de transport régulier de passagers sont cloués au sol depuis presque deux mois. Seuls 4 avions cargos sont encore en activité. Le service fret de la compagnie continue lui à fonctionner. Mais cela ne couvre même pas les charges.