Conférence virtuelle sur la relance du tourisme

Hassan Marmouri, ministre du Tourisme, de l’Artisanat et du Travail familial, a participé ce mardi 14 avril 2020, aux travaux de la conférence virtuelle sur les politiques de relance globale du tourisme, organisée par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT).   

Cette conférence qui a vu la participation des ministres en charge du tourisme et des décideurs au niveau des États membres de l’Organisation mondiale du tourisme, s’inscrit dans le cadre des efforts internationaux visant à discuter des différentes stratégies prises par les pays et les gouvernements pour trouver les formules, procédures et mesures nécessaires pour faire face et limiter les éventuelles répercussions négatives que le secteur du tourisme connaîtra, notamment après la période ou le coronavirus a sévi au niveau mondial. Il s’agit particulièrement de  préserver les emplois. 

Le secteur du tourisme, plus que toute autre activité économique à impact social, repose sur l’interaction entre les gens. L’OMT oriente la réaction du secteur du tourisme à plusieurs niveaux : Par une coopération étroite avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’institution chef de file des Nations Unies pour la gestion de cette flambée, en s’assurant avec l’OMS que les mesures sanitaires mises en œuvre entraînent le minimum de répercussions inutiles sur les voyages et le commerce internationaux, en étant solidaires des pays touchés et en soulignant la résilience démontrée du tourisme et en se tenant prête à appuyer le redressement. 

L’OMT tient à rappeler que le secteur a connu 10 années de croissance ininterrompue (2010-2019) et qu’il est le secteur économique le plus résilient : il a été enregistré 1.5 milliard d’arrivéesen 2019, 4%de croissanceen 2019, 1 emploi sur 10 dans le monde est assuré par le tourisme et 7% des exportations mondiales.

«Le secteur le plus humain et le plus démocratique est menacé, ainsi que les ressources économiques des populations. Seul un effort conjoint peut nous permettre de nous remettre de la pandémie du Covid-19», conclut l’institution onusienne.