Coronavirus : Les appels au soutien au tourisme en Afrique

Cinq organismes internationaux de transport aérien et de tourisme ont lancé un appel aux institutions financières internationales, aux partenaires de développement nationaux et aux donateurs internationaux pour soutenir le secteur du tourisme qui emploie 24,6 millions de personnes en Afrique.

Sans financement urgent, la crise du COVID-19 pourrait voir l’effondrement du secteur du tourisme en Afrique, entraînant avec lui des millions d’emplois. Le secteur contribue à hauteur de 169 milliards de dollars à l’économie africaine, soit 7,1% du PIB du continent.

La demande est présentée par l’Association du transport aérien international (IATA), l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) des Nations Unies, le World Travel & Tourism Council (WTTC), l’African Airlines Association (AFRAA) et l’Airlines Association of Southern Afrique (AASA).

Ces organisations appellent conjointement les institutions financières internationales, les partenaires de développement des pays et les donateurs internationaux à soutenir le secteur du voyage et du tourisme en Afrique en ces temps difficiles en fournissant : 10 milliards de dollars en secours pour soutenir l’industrie du voyage et du tourisme et aider à protéger les moyens de subsistance de ceux qu’elle soutient directement et indirectement, l’accès à autant de financements sous forme de subventions et à une assistance de trésorerie que possible pour injecter des liquidités et fournir un soutien ciblé aux pays gravement touchés. Il y a aussi les mesures financières qui peuvent aider à minimiser les perturbations du crédit et des liquidités indispensables aux entreprises. Cela comprend le report des obligations financières existantes ou des remboursements de prêts; et veiller à ce que tous les fonds soient versés immédiatement pour sauver les entreprises qui en ont besoin de toute urgence, avec un processus de demande minimal et sans obstacle à des considérations de prêt normales telles que la solvabilité.

Certains gouvernements africains tentent de fournir un soutien ciblé et temporaire aux secteurs durement touchés tels que les voyages et le tourisme. Cependant, de nombreux pays n’ont pas les ressources nécessaires pour aider l’industrie et les moyens de subsistance qu’elle soutient pendant cette crise.

La situation est désormais critique.

Les compagnies aériennes, les hôtels, les maisons d’hôtes, les lodges, les restaurants, les lieux de réunion et les entreprises connexes subissent des pertes croissantes. En règle générale, le tourisme représente 80% des petites et moyennes entreprises (PME). Pour économiser de l’argent, beaucoup ont déjà commencé à licencier ou à mettre le personnel en congé sans solde «L’impact de la pandémie COVID-19 se fait sentir sur toute la chaîne de valeur du tourisme. Le secteur et les millions de moyens de subsistance qu’il soutient à travers le monde, y compris les communautés vulnérables, sont particulièrement exposés. Le soutien financier international est essentiel pour garantir que le tourisme puisse conduire à une reprise économique et sociale plus large dans ces communautés», a déclaré le Secrétaire général de l’OMT, Zurab Pololikashvili.

«Les compagnies aériennes sont au cœur de la chaîne de valeur du voyage et du tourisme qui a créé des emplois de qualité pour 24,6 millions de personnes en Afrique. Leurs moyens de subsistance sont menacés. Contenir la pandémie est la priorité absolue. Mais sans une bouée de sauvetage de financement pour maintenir le secteur du voyage et du tourisme en vie, la dévastation économique de COVID-19 pourrait faire reculer le développement de l’Afrique d’une décennie ou plus. L’allégement financier est aujourd’hui un investissement essentiel dans l’avenir de l’Afrique après la pandémie pour des millions d’Africains », a déclaré le Directeur général et PDG de l’IATA, Alexandre de Juniac.