Coronavirus : Les propositions du HTT pour sortir de la crise

Une réflexion est menée, au niveau du groupe groupe Hôtellerie, Tourisme et Thermalisme (HTT), pour contribuer avec efficacité à reconstruire la destination Algérie et aider l’économie nationale à se relever après la pandémie du Covid-19.

La réflexion du HTT est axée essentiellement sur le tourisme interne et domestique, longtemps sous-estimé et qui se résumait aux vacances de printemps et de fin d’année. Ainsi, une batterie de mesures sont proposés, à savoir le recouvrement des créances impayées, la facilitation d’accès au crédit à court terme auprès des banques à taux zéro pour couvrir les besoins en fonds de roulement et rééquilibrer les entreprises, l’annulation des taxes de promotion touristique, la transformation des dettes auprès du trésor public pour les unités du Sud, et donner les mêmes avantages dans les crédits complémentaires que le privé, Le groupe propose aussi que l’échéance de remboursement doit aller au-delà de 2023-2024, l’annulation par les services des domaines de la redevance locative surtout pour les entreprises fermées (en chantier), annulation des charges patronales de la sécurité sociale durant la période du confinement ainsi que la prise en charge de l’allocation chômage pour le personnel mis en congé exceptionnel.  

Le HTT a connu une baisse d’activité qui a commencé en février 2019 où il a perdu 50 % de son chiffre d’affaires avec le Hirak et à Septembre 2020, 90 % des entreprises n’auront pas la trésorerie nécessaire pour payer les employés. 

Rappelons que le Syndicat national des agences de tourisme et de voyages (SNAV) qui a été contacté par Tourisme et voyages a appelé à l’adoption «d’un plan national de sauvetage du secteur», paralysé du fait de la propagation de la pandémie de Covid-19, et ce à travers l’application d’exonérations fiscales et bancaires et la création d’un fonds de garantie pour aider les agences impactées par les crises, selon son secrétaire général, Liès Snouci. «Les agences ont payé les salaires de leurs employés au premier mois de la crise, mais elles seront dans l’incapacité de continuer à les payer les mois suivants, ce qui pourrait entrainer des licenciements et l’augmentation du taux de chômage». A-t-il  déclaré.  Le SNAV propose d’élargir les assurances à l’assurance voyage au lieu de se contenter de l’assurance santé et l’assurance bagages. Les agences activant en Algérie comptent quelque 30 000 postes d’emplois directs et un grand nombre de postes indirects. Les experts du secteur affirment que le tourisme impacte directement d’autres secteurs d’activité dont figurent l’aviation, le transport terrestre, la restauration et l’industrie alimentaire.