Coronavirus : L’Europe ouvre ses frontières peu à peu !

Une bonne nouvelle pour le secteur du tourisme, les frontières européennes s’ouvrent peu à peu, toutefois, le processus s’annonce progressif et peu uniforme. 

L’Italie est le premier pays à dégainer dès le 3 juin, suivi par la Grèce et l’Espagne en juillet. Le Portugal souhaite également la reprise du tourisme mais tout dépendra aussi de sa frontière avec l’Espagne. Les pays européens sont pressés pour la réouverture, parce que ce secteur représente 10% du PIB à l’échelle européenne et bien plus dans certains pays.  

Pour l’heure, les frontières extérieures de Schengen restent fermées au moins jusqu’au 15 juin, mais à l’intérieur, l’espace se fragmente.  

Les frontières extérieures, entre l’union européenne et le reste du monde, attendront certainement encore plusieurs mois, ce qui priverait alors l’UE de 18 % de ses revenus touristiques. 

Avec 671 millions de touristes sur le territoire européen en 2017, soit 8% d’augmentation par rapport à 2016, l’Europe reste la première destination mondiale pour la 8e année consécutive.       

Le développement d’une classe moyenne chinoise et le développement de l’aérien alimentent la demande de tourisme. Résultat : l’Europe a accueilli 16% de visiteurs chinois de plus qu’en 2016. Les touristes américains ont, eux aussi, été plus nombreux, avec une augmentation de 12% par rapport à 2016.   

En termes de financement, la Commission européenne rappelle qu’elle peut fournir des liquidités immédiates aux entreprises touchées par la crise par le biais de l’initiative «Coronavirus Response Facility», un fonds de gestion partagé avec les États membres. 

Le secteur du tourisme de l’UE a été particulièrement touché par l’épidémie de COVID-19. Le secteur employant quelque 27 millions de personnes et générant plus de 10% du PIB de l’UE, il est important d’atténuer autant que possible les conséquences économiques négatives.