Coronavirus : Un comité de pilotage pour préparer l’après confinement

Face aux conséquences désastreuses qu’ont subies les secteurs du transport et du tourisme, un comité de pilotage opérationnel pour le redémarrage des activités touristique a été créé à l’initiative de la compagnie nationale Air Algérie et du Groupe HTT.

Outre ces deux organismes, le comité de pilotage est constitué de représentants de la Fédération Nationale des Associations des agences de voyages (FNAT) et du Cluster Tourisme (ATC).

«Le constat est alarmant. Les transports terrestres sont à l’arrêt, la flotte d’appareils de la compagnie aérienne Air Algérie est immobilisée au sol, le parc hôtelier et les restaurants sont fermés», met en exergue le communiqué du HTT. Plus de 3000 agences de tourisme, incluant les réseaux de l’ONAT et de Touring voyage Algérie, sont fermés et n’ont aucune visibilité pour le reste de l’année 2020. «On est en face d’une véritable catastrophe qui touche environ 40 000 salariés», prévient les initiateurs du comité.

Face à cette situation, le comité de pilotage s’est réuni le 29 Avril dernier pour suggérer un ensemble de mesures à prendre pour un redémarrage progressif des activités, tout en respectant les protocoles sanitaires tels qu’ils seront définis par les services compétents du Ministère de la santé. Les opérations de confinement dans les hôtels publics des personnes rapatriées de l’étranger constituent une expérience non négligeable autant pour la compagnie Air Algérie que pour les établissements du Groupe HTT, dans la gestion d’une situation de crise sanitaire telle que celle qui est provoquée par la pandémie du COVID-19.

Il est clair que toutes les initiatives qui seront prises pour préparer « l’après confinement » resteront subordonnées aux décisions que viendraient à prendre les pouvoirs publics en matière de levée ou d’allégement du confinement.

Le confinement a été fatal pour tous les professionnels, voyagistes, hôteliers, restaurateurs, logisticiens dans le transport, déjà que le secteur en pâtissait d’une demande faible à l’interne et inexistante sur les marchés externes, mis à part quelques milliers de passionnés du Sud (Tassili, Hoggar, Gourara et Mzab).

Le secteur de l’hôtellerie et des transports a subi de plein fouet les effets de la pandémie en Algérie. Paralysé, toutes les réservations ont été annulée, les évènementiels, séminaires, colloques, reportés à des dates ultérieures. Au Nord comme au Sud, le secteur subit une torpeur et un manque à gagner de millions de dinars.