Emirates, Lufthansa et Qatar Airways remboursent leurs clients

Certaines compagnies aériennes, tels Qatar Airways, Lufthansa et Emirates ont tenu à rembourser leurs clients, en dépit des difficultés de trésorerie et d’un trafic au ralenti.

Emirates révèle qu’elle a restitué à ce jour 1,4 milliard de dollars américains, en guise de remboursement des voyages annulés du fait du COVID-19. La compagnie progresse ainsi fortement et à un rythme soutenu en vue de remplir son engagement, vis-à-vis de ses clients, de compléter les remboursements en attente. Sir Tim Clark, président d’Emirates Airlines, a déclaré : «Nous comprenons que pour nos clients, chaque demande de remboursement en attente est une de trop. Nous nous engageons à honorer les remboursements et faisons de notre mieux pour éliminer l’arriéré massif et sans précédent causé par la pandémie. La plupart des cas sont simples et nous les traiterons rapidement. Mais il y a des cas qui prendront un peu plus de temps à nos équipes clients pour les examiner et les compléter manuellement. Nous sommes reconnaissants envers nos clients pour la patience et la compréhension dont ils font preuve».  

Les compagnies aériennes du groupe Lufthansa (Lufthansa, Eurowings, Austrian Airlines, Brussels Airlines et SWISS) ont versé plus de 2,3 milliards d’euros de remboursements à quelque 5,4 millions clientsqui en avaient fait la demande à la suite de l’annulation de leurs vols dus à la crise du Covid-19.  

De son côté, Qatar Airways à versé plus d’un milliard d’euros à 600 000 passagers soit déjà 96 % des clients qui en avaient fait la demande depuis le mois de Mars.  

La majorité des compagnies aériennes s’est retrouvée suite au covid-19 avec des trésoreries asséchées par l’arrêt presque total de leur activité. Elles sont ainsi incapables de rembourser leurs passagers dont les vols ont été annulés, sauf à être acculées à la faillite. «Nous sommes conscients des inconvénients que cela peut représenter pour les passagers, mais c’est une question de survie pour les compagnies aériennes qui ont un énorme problème de cash devant elles » a déclaré Alexandre de Juniac, DG de l’IATA. Pour rappel, l’industrie du transport aérienfonctionnait  à 20 % de son niveau en juillet par rapport à l’an dernier.