Forum mondial de l’OMT sur la gastronomie : Un nouvel atout pour le tourisme

500 participants de 90 pays se sont donné rendez-vous en Espagne dans la ville de Saint-Sébastien pour le cinquième Forum mondial de l’OMT sur le tourisme de gastronomie

Depuis la première édition en 2015, le Forum mondial de l’OMT sur le tourisme de gastronomie a permis d’étudier les moyens de développer ce segment spécifique et d’en accroître les retombées pour les destinations et pour les populations. Initiative de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) et du Basque Culinary Center (BCC), le Forum est accueillie tous les deux ans par le BCC à Saint-Sébastien.

Le Forum a pour finalité de permettre l’échange de données d’expérience entre experts du tourisme et de la gastronomie, de repérer les bonnes pratiques et de promouvoir le tourisme de gastronomie entendu comme un levier du développement des pays.

Tenu à deux reprises à Saint-Sébastien (2015 et 2017), au Pérou (2016) et en Thaïlande (2018), le Forum revient sur ses terres d’origine, où c’est un rendez-vous bien établi bénéficiant d’un appui institutionnel à tous les niveaux de gouvernement : Ministère espagnol de l’industrie, du commerce et du tourisme, Département du tourisme, du commerce et de la consommation du Gouvernement basque, Département de la culture, du tourisme, de la jeunesse et des sports du Conseil provincial de Guipúzcoa et Municipalité de Saint-Sébastien. Tous contribuent de près ou de loin à la réussite de ce Forum.

Un segment porteur…

Celui de cette saison est axé sur la contribution du tourisme de gastronomie à la création d’emplois et à la promotion de l’entrepreneuriat.Desthèmes que l’OMT place tout spécialement sous le signe de l’éducation, des compétences et de l’emploi. En sa qualité d’institution des Nations Unies chargée de promouvoir le tourisme au service du développement durable, l’OMT plaide la cause du tourisme dans le contexte du Programme 2030 et des 17 objectifs de développement durable. L’édition 2019 du Forum mondial sur le tourisme de gastronomie est en rapport direct avec l’objectif 8 du développement durable, à savoir promouvoir «une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous». Pour le secrétaire général de l’OMT M. Zurab Pololikashvili, le tourisme de gastronomie est avant tout « un segment porteur pour promouvoir la croissance économique locale et combattre le dépeuplement. Il permet de faire participer de nombreuses couches de la société au développement et sa vaste portée en fait un vecteur d’inclusion sociale. Le tourisme de gastronomie peut en particulier donner des moyens d’émancipation économique aux groupes les plus vulnérables comme les femmes, les jeunes, les populations autochtones et les populations rurales»

…Et une motivation supplémentaire

Composante majeure de l’histoire, de la tradition et de l’identité, la gastronomie est également devenue une motivation importante dans le choix d’une destination. La recherche d’expériences gastronomiques se situe désormais au même niveau, pour ce qui est des motivations de voyage, que visiter un musée, venir apprécier la musique ou admirer l’architecture d’une destination. Le tourisme de gastronomie a donc beaucoup à apporter en termes d’amélioration de la gestion des destinations, de promotion culturelle et de contributions à d’autres secteurs comme l’agriculture et l’industrie alimentaire. L’alliance du tourisme et de la gastronomie peut servir de tremplin pour redynamiser les cultures, préserver le patrimoine matériel et immatériel, donné aux communautés les moyens de se prendre en charge et renforcer l’entente interculturelle. Des milliards de touristes dans le monde reviennent à des destinations connues pour savourer des recettes éprouvées. Ainsi, la cuisine et la gastronomie sont devenues un élément central de l’expérience touristique.

Un nouveau produit touristique

Dans ce contexte, le tourisme de gastronomie a enregistré une croissance soutenue au cours des dernières années. Les touristes sont attirés par les produits locaux et de nombreuses destinations ont adopté un plan marketing dans ce sens.

Le tourisme de gastronomie est devenu l’un des plus dynamiques et créatifs segments du tourisme. En outre, il inclut dans son discours des principes éthiques et valeurs durables basées sur le territoire, le paysage, la mer, la culture locale,
les produits locaux, l’authenticité, qui est quelque chose qu’il a en commun avec les tendances actuelles de consommation culturelle.

Aujourd’hui, les voyageurs sont plus expérimentés, ils ont plus de revenu disponible et plus de temps libre pour voyager, et le tourisme leur permet  ainsi d’échapper à la routine quotidienne de leur environnement habituel et se plonger dans un monde de liberté et nouveauté. Ainsi, de plus en plus de touristes dans le monde sont à la recherche d’expériences concrètes et la gastronomie joue un rôle de plus en plus important.
Le tourisme gastronomique est un phénomène émergent qui s’est développé comme un nouveau produit touristique : les dépenses de plus du tiers des touristes sont

Consacrées à la nourriture. Donc, la cuisine d’une destination est un aspect de la plus haute importance dans la qualité de l’expérience des vacances.

Sur les routes des saveurs

Pour se faire connaître, chaque pays à sa recette. La semaine de la cuisine Italienne dans le Monde a comme objectif de promouvoir au niveau international les traditions culinaires et oenogastronomiques comme  signes distinctifs de l’identité et de la culture italienne.

Selon S.E. l’Ambassadeur d’Italie, M. Pasquale Ferrara  «La cuisine italienne  est toujours une découverte et une émotion. C’est aujourd’hui aussi un patrimoine partagé au niveau mondial. Ce sont une culture gastronomique commune et un goût méditerranéen qui contribuent de façon substantielle à rendre encore plus profonds les liens algéro-italiens». «La diplomatie a de tout temps regardé l’art culinaire comme un moyen d’améniser la négociation, de créer une ambiance de détente, sinon de bonne humeur, autour de discussions ardues ou crispantes», souligne Philippe Faure, ancien ambassadeur de France. «Hilary Clinton elle-même a lancé, en 2012, le Diplomatic Culinary Partnership (partenariat diplomatique culinaire) qui visait, en faisant intervenir plusieurs dizaines de chefs cuisiniers de tous pays, à faire reconnaître le rôle de la cuisine dans la diplomatie américaine

Une image et un label à défendre

De nombreux pays investissent dans les domaines de la gastronomie pour nourrir leur image de marque. La France, ainsi que le Japon et l’Italie, ont pu faire inscrire un pan de leur culture culinaire au patrimoine immatériel de l’Humanité de l’Unesco.  

Autre exemple, le Pérou, qui a réussi à faire rayonner sa gastronomie au point d’obtenir la distinction de Meilleure Destination culinaire du monde, aux World Travel Awards. Les moyens que le pays a investi pour la promotion de sa cuisine permettent de soutenir le tourisme en représentant une vitrine parfaitement dans l’air du temps. 

Parmi les 28,7 millions de touristes étrangers qui ont visité le pays en 2017, près des trois-quarts (71,2%) plaçaient la cuisine japonaise parmi leur intérêt principal, que ce soit avant ou après leur séjour, et 22,1% se disaient intéressés à boire du saké japonais. 

Pour atteindre son objectif de 100 millions de touristes d’ici 2020, la France s’appuie sur ses talents gastronomiques, notamment grâce à l’événement Goût de/Good France.  «Il n’y a pas de meilleure porte d’entrée pour la France que ses saveurs et ses goûts», a déclaré le ministre Français de  l’Europe et des Affaires étrangères.

Le gouvernement français entend bien se servir de la gastronomie comme levier touristique. Un tiers des touristes viennent en France pour son patrimoine culinaire.

La gastronomie est un partage à table : on passe un moment entre amis, un partage culinaire, mais surtout humain. La promotion de la destination touristique Algérie passe par la valorisation des produits du terroir pour en faire une offre touristique à même d’attirer les touristes étrangers.  

Le couscous, plat national, par excellence, représente un exemple parmi tant d’autres de produits du terroir susceptible de contribuer à la promotion de la destination Algérie à condition de mieux le valoriser, notamment par la sauvegarde de son cachet de fabrication artisanale.