IATA : Willie Walsh succède à Alexandre de Juniac

Confirmé par la 76e assemblée générale annuelle de l’IATA le 24 novembre dernier, Willie Walsh a officiellement pris la direction générale de l’organisation internationale des transporteurs aériens (IATA), il succède à Alexandre de Juniac.

« Je suis un passionné de notre industrie et du travail réalisé par l’IATA » a déclaré celui qui est devenu le 8eme directeur général de l’association. Il rappelle que « durant la crise de la COVID-19, l’IATA a été à l’avant-garde des efforts pour rétablir la connectivité mondiale, notamment en mettant au point le Travel Pass de l’IATA. De façon moins visible, mais d’égale importance, les compagnies aériennes continuent de s’appuyer sur les systèmes de règlements financiers de l’IATA, sur Timatic et sur d’autres services vitaux pour maintenir leurs opérations quotidiennes »,

Willie Walsh qui possède une carrière de 40 ans dans l’industrie du transport aérien et qui a présidé British Airways et la maison mère le groupe IAG, a fixé l’objectif de faire de l’IATA une voix puissante soutenant le succès du transport aérien mondial. « Nous allons collaborer avec ceux qui nous soutiennent et ceux qui nous critiquent pour remplir nos engagements envers une industrie aérienne durable sur le plan environnemental. Mon travail est de veiller à ce que les gouvernements, qui dépendent des bienfaits économiques et sociaux générés par notre industrie, comprennent les politiques dont nous avons besoin pour générer ces bienfaits ».  

Le secteur du transport aérien traverse une période extrêmement compliquée et une crise sans précédent depuis la pandémie, il y a eu 85 % de baisse de trafic international et 60 % du trafic domestique.

Le transport aérien est bloqué par toutes les restrictions au voyage que les Etats ont mises aux frontières : soit elles sont fermées, soit des mesures de quarantaine sont mises en place.

Il y a cependant des signes d’espoir, la Chine a vu son trafic domestique revenir à 95% de son niveau d’avant crise. En outre, on voit que dans les pays dans lesquels il commence à y avoir un succès de la campagne vaccinale, le voyage reprend.