La nouvelle relance en 2020

«Vous avez des paysages qu’on voit rarement dans le monde, je suis heureux de visiter cette région et J’aurai souhaité que le monde entier soit avec moi pour voir ce spectacle» un fort témoignage de celui qui a été le président de l’OMT et qui préside le comité consultatif de l’International tourism and investment conférence. Taleb Al Rifai, pour ne pas le nommer a été subjugué par la beauté du Sahara et par la spontanéité de ses habitants. Il le dit, haut et fort,  en guise de reconnaissance à la splendeur de la Saoura, à ce paysage qui coupe le souffle, à Taghit, l’enchanteresse, véritable nid de verdure au bord de l’erg… à Igli la petite cité rouge, aux portes d’un océan de sable… à Beni Abbes l’oasis de rêve, qui se dévoile par ses ksars , ses ruelles pittoresques, ses palmiers, ses jardins, ses immenses dunes jaunes sculptées par le vent. Je n’en finis pas avec les qualificatifs de cette région devenu un produit spécial  pour les passionnés de l’aventure de par son contenu ses paysages, mais aussi par son âme culturelle et religieuse. Oui Beni Abbes est une ville incontournable par la célébration El Mawlid En Nabaoui, une fête qui devrait être classé, à notre sens, au registre du patrimoine culturel de l’UNESCO tant elle constitue une grande attraction touristique.

Beni Abbes mérite que l’on fasse une halte  à l’hôtel RYM, pour y  déguster le thé, histoire d’imiter Bernardo Bertolucci  dans son film « le thé au Sahara»

Cet hôtel récemment rénové nous pousse à tirer chapeau à l’HTT qui relève le défi de la Modernisation  et la  valorisation de son parc formé de 72 unités entre hôtels, stations balnéaires et thermales. , on nous dit que 30 sont achevées, 19 sont en cours de réalisation et 23 sont en cours de lancement ! Un riche programme qui doit se clôturer au plus tard en 2022.

Un autre châpo est tiré à la world trade center qui a tenu à mettre en avant nos meilleurs hôtels, à l’occasion de ce qu’il appelle les Algerian Tourism Awards, et qui vont devenir une tradition pour stimuler la concurrence et promouvoir les acteurs locaux. On pense surtout à Lamaraz art qui sort du lot en embarquant ses clients dans des voyages gastronomiques. La 1ere escale mexicaine sera suivie par d’autres pour diversifier les saveurs et les gouts des   d’une clientèle business à la recherche du confort. Ce confort, ils peuvent le trouver également, et à prix étudié, à Ain Témouchent avec l’EDEN stop, le premier d’une chaîne qui va, nous dit-on investir le terrain dans l’hôtellerie intermédiaire.

L’ONAT a retrouvé son instinct du voyage, il s’est démarqué avec l’inauguration du bus city tour Oran, une première en Algérie et    Tout le monde tire dans le même sens, y compris le SITEV qui, pour sa 20e édition a changé le décor pour émerveiller les sens de ses visiteurs. Le salon a mis le grand sud à l’honneur, tout comme, Tourisme et Voyage,  à travers ce grand reportage réservé à la Saoura. Un choix judicieux pour célébrer le passage au nouvel an. Et à cette, nous souhaitons à nos lecteurs, une bonne année.