Lamaraz Arts Hôtel Le joyau de Kouba - Tourisme et Voyages
vendredi , 6 décembre 2019
Accueil / Hôtellerie / Lamaraz Arts Hôtel Le joyau de Kouba

Lamaraz Arts Hôtel Le joyau de Kouba

« C’est un véritable joyau qui s’ajoute au parc hôtelier de la capitale, il n’a rien  à envier aux grands hôtels dans le monde » ce témoignage émane de l’ex Ministre du  tourisme et de l’artisanat, Hacène Mermouri, qui l’a écrit noir sur blanc sur le livre d’honneur, le jour de son inauguration le 12 septembre 2017.

Oui il s’agit d’un véritable joyau situé en plein quartier de Kouba, dans la rue Mohamed Rabia, Il est classé 4 étoiles, certifié ISO 9001  et accrédité selon les normes internationales. Cet établissement de 690m2 s’inscrit dans la catégorie des hôtels d’affaires qui voient de plus en plus le jour dans notre capitale.  Il est doté de 70 chambres et suites de haut standing, offrant un confort pensé pour «des voyageurs sachant apprécier le charme et l’art.

« Le nouvel environnement économique nous incite à disposer de ce genre d’hôtels destinés à une clientèle bien définie »  affirme le directeur général M. Boubaker Zayene qui se lance dans sa 1ere expérience en Algérie. Pour lui, la situation stratégique de l’hôtel en plein centre de la capitale et sa vue panoramique sur la baie d’Alger, constitue un atout primordial pour attirer une clientèle d’homme d’affaires de passage dans la capitale pour découvrir notamment une nouvelle philosophie dans l’hôtellerie en Algérie

En effet, l’hôtel Lamaraz, se trouve en plein centre de Kouba, il se situe  seulement à 11km de l’aéroport, à 7.5 km du palais des expositions,  et  à proximité du palais de la culture et du Ministère des affaires étrangères.

Un grand challenge

Un bon emplacement, et surtout un personnel trié au volet pour satisfaire ce genre de clients très exigeants en matière de service. L’hôtel s’est lancé un challenge pour garantir sa réussite, il l’assure convenablement grâce à une trentaine de personnes qualifiées pour accueillir nos clients que ce soit dans la restauration, la réception, le service d’étages ou encore dans le SPA  « ils sont triés au volet et bénéficient  des formations continues  pour assurer la continuité et le service »  déclare le nouveau DG, content d’être à la tête d’un nouveau challenge, du moment que le tourisme dans toutes ses facettes est mis en avant par le privé qui se sent encouragé pour investir ce secteur. C’est le cas Mr Nazim Ould Lamara  qui a cru et qui croit toujours en ce projet tant il insiste sur la qualité de son hôtel et du service qu’il peut garantir « C’est un nationaliste, il a construit cet hôtel pour participer à l’essor de son pays dans le tourisme » témoigne son directeur général

Une capacité d’accueil appréciable

L’hôtel  possède une capacité de 25 chambres de luxe  d’une superficie de 30 à 47 m2, de 36 chambres premium dont une  dédiée aux personnes à mobilité réduite, de 5 suites de luxes 50 à 60 m2,  d’une suite premium 110 m2 et enfin deux suites paradis qui portent bien leur noms tant  elles comportent toutes les commodités y compris, un espace bureau,  un jacuzzi extérieur, une kitchenette et une double terrasse  balcon qui offrent une vue extraordinaire sur Alger.

De l’art en l’air

Les concepteurs de l’hôtel Lamaraz ont mis en valeur l’aspect artistique de d’hôtel à travers les appellations des six niveaux d’hébergement de l’hôtel. Ainsi chaque niveau porte le nom d’un peintre de renommé de l’art orientaliste lié au voyage. Ainsi les Mohamed Racim, Etienne Dinet, Abdlehalim Hemche, Omar Racim, Frederick arthur Brighman et Baya Mahieddine sont mémorisés par Lamaraz  qui n’oublie pas le côté historique à travers les appellations données à la salle des banquets et celle des séminaires au niveau E, la première pour le philosophe, théologien, et médecin musulman ibn Rochd de Cordoue, plus connu sous   le nom latin d’Averroès et la seconde  à la belle diva de Ramses NEFERTARI. Par ailleurs, les pierres précieuses, JADE, LAZULI, AIGUE MARINE et Opale  sont mis en valeur au niveau 8  celui des suites paradis

Une vue panoramique sur la baie d’Alger

Pour l’aspect business, l’hôtel propose un business center, ou on peut organiser des meetings, ou encore le Nubia lounge, un espace dédié aux réceptions privées, ainsi que trois salles de meeting qui peuvent contenir jusqu’à 200 personnes.

Au 7eme étage de cet établissement, et juste avant les deux suites paradis, on trouve le restaurant panoramique « La baie » qui offre une cuisine internationale raffinée et des buffets riches ainsi que des cocktails exotiques, un autre restaurant  « Le fusion Lounge »  propose une cuisine de saison légère et savoureuse soigneusement préparé par le chef.

Une cuisine raffinée et un cadre élégant

Le visiteur  se laissera tenter par les propositions culinaires des deux restaurants. Une cuisine raffinée est proposée dans un cadre élégant et chaleureux. Un espace est dédié au bien-être et au confort. C’est une tendance lourde dans l’hôtellerie. Le temps pour soi, le silence, l’espace et l’eau sont des denrées jugées de plus en plus précieuses. Cette tendance correspond à un besoin profond de mieux être.

Le bien être assuré

Le marché des soins du corps est en pleine expansion et l’hôtellerie y participe souvent : thalasso, spa, centre de remise en forme, les exemples sont nombreux.

Aussi, les concepteurs de cet établissement  classé quatre étoiles, n’ont pas oublié l’aspect bien être avec un étage, le 6e, spécialement dédié. On y trouve, une salle de sport, un Hammam, un Sauna, une petite piscine couverte, une salle de massage, et aussi un  petit salon esthétique, Tout ce que peut avoir besoin le client après une rude journée de travail. Un bon espace détente pour lui permettre de passer un agréable séjour,

Ainsi, l’Hôtel Lamaraz fait partie de ces hôtels dont on a besoin pour monter en gamme et susciter une concurrence qui va certainement exhorter les gérants des hôtels à améliorer leurs prestations. L’hôtel est également un endroit idéal pour un tourisme citadin qui incite à la découverte des sites touristiques

En somme un nouvel hôtel qui attire de nombreux étrangers ainsi que des nationaux de passage dans la capitale par son emplacement, son service et toutes les commodités qu’il offre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Vérifiez également

Arezki Touati (DG de l’EGT Zéralda): «Une saison estivale correcte »

C’est la fin de la saison estivale. Pour la majorité des complexes et hôtels touristiques publics et privés, c’est l’heure des pré-bilans. Une évaluation nécessaire pour une remise en question au-delà de l’autosatisfaction.