Le ministre du Tourisme rassure les agences de tourisme et les hôteliers

Mohamed Hamidou, ministre du Tourisme, de l’Artisanat et du Travail familial, a insisté lors d’une visite à Bordj Bou Arreridj sur la nécessité “d’exploiter toutes les capacités disponibles” pour relancer le secteur.

Le ministre a affirmé que « l’Algérie possède tous les ingrédients pour faire progresser le secteur du tourisme », ajoutant qu’il s’agit d’exploiter toutes les capacités disponibles et de les promouvoir, à l’instar de l’écotourisme, le tourisme thermal, le tourisme de montagne, saharien et culturel. Et de préciser : « Nous devons orienter tous les efforts dans cette optique afin que le secteur du tourisme bénéficie de l’attention qu’il mérite et devient l’une des ressources les plus importantes du pays en matière de devises »

Préserver le patrimoine culturel 

Selon le ministre, il faudrait également prêter attention au patrimoine culturel, le dépoussiérer et le préserver pour les générations futures, tout en œuvrant à commercialiser les produits artisanaux localement et internationalement.

Le représentant du gouvernement a salué l’initiative des propriétaires qui ont mis leurs établissements à la disposition des pouvoirs publics dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. Il a promis que « l’Etat ne les abandonnera pas alors qu’ils traversent une période difficile et ce, en les accompagnants et en les soutenant pour leur éviter de subir les répercussions de la pandémie »

Le ministre veut rassurer les propriétaires d’hôtels et d’agences touristiques en soulignant que l’État n’abandonnera pas les propriétaires d’hôtels et d’agences de tourisme qui traversent une situation difficile en raison du confinement imposé suite à la propagation de l’épidémie de Coronavirus dans le pays. Il a affirmé que l’État s’efforcera d’apporter un soutien aux entreprises concernées en encourageant le tourisme interne, par la commercialisation  de la destination Algérie; et permettre au citoyen algérien de découvrir son pays.

Dans ce contexte, pour tenter de sauver au moins une partie de la saison estivale, les établissements hôteliers ont opté pour un protocole sanitaire interne en attendant le protocole sanitaire officiel en cours d’élaboration depuis fin mai et qui n’a pas encore été envoyé aux hôteliers.

Ces structures sont quasiment à l’arrêt depuis mars dernier.

Les grands perdants de la pandémie du coronavirus sont incontestablement les agences de voyages. La situation est si difficile à supporter que Nadjah Boudjelloua, secrétaire général de la Fédération nationale des agences de voyages et de tourisme (FNAT), ne mâche pas ses mots lors d’une participation à une émission de télévision : «Je suis le représentant d’une filière qui est sinistrée».

Il ajoute : «Pour participer d’une manière effective à la relance progressive des activités touristiques, nous devons être accompagnés par les pouvoirs publics et avoir ce que nous avons sollicité depuis trois mois par différents écrits, nous avons besoin de quelques mesures, dont l’assouplissement au niveau des banques pour nous prêter un peu d’argent, afin de nous remettre à faire de la production touristique, qui nécessite un investissement au préalable».