Légère amélioration des services de la saison estivale 2018

Les premiers signes du déroulement de la saison estivale 2018 montrent une légère amélioration par rapport aux années précédentes.

Le ministre avait annoncé dès son installation qu’il voulait une “saison non pas ordinaire mais extraordinaire”, une manière de placer la barre très haut et mettre ainsi la pression sur les gestionnaires, notamment ceux du secteur public surtout que le gouvernement veut concrétiser un projet de la plus haute importance qui est “de faire du tourisme un secteur stratégique et prioritaire”.
Cette saison a été marquée par la décision de l’UGTA de soutenir le tourisme national, par quelques améliorations des services au niveau des unités et établissements du groupe hôtellerie, Tourisme et Thermalisme (HTT) dans l’accueil, l’hébergement et la restauration, ou les prix ont été réduit de 20 à 30 % (4500 DA en moyenne) et la normalisation des plages qui ont été aménagées de telle manière qu’elles offraient plus de confort et de détente.
D’après nos sources, les hôtels publics ont obtenu 60 % de taux d’occupation à fin juillet. 26 000 familles ont séjourné dans  différents établissements hôteliers,  soit 300 000 nuitées et 4 500 000 estivants ont fréquenté les plages. Selon le HTT, cela représente une augmentation de 45 % par rapport à la même période de l’année dernière.  Pour améliorer les performances des entreprises, certains observateurs suggèrent un rééchelonnement des dettes des entreprises par le gouvernement, ce qui leur permettra de souffler et avoir un plus grand flux les années à venir.
En effet, certains établissements souffrent d’un fort endettement et d’une situation financière déstructurée et d’un management insuffisant et d’un
effectif pléthorique.
Selon nos informations, il sera procédé à un bilan exhaustif qui sera rendu public par le ministre du tourisme et de l’artisanat Abderkader Benmessaoud
pour identifier les faiblesses et les insuffisances et les corriger.

Le ministre lui-même se chargera d’annoncer le bilan et instaurer des traditions qui consistent à évaluer les projets et les saisons grâce à des indicateurs et non par de simples appréciations subjectives.