Les assises nationales, Un baromètre pour le tourisme

Les insuffisances et les contraintes freinant le développement du secteur touristique en Algérie ont été clairement identifiées à Alger par des experts nationaux et étrangers du domaine touristique qui ont recommandé, en même temps, des pistes de solutions pour y remédier.
Les travaux des Assises nationales du tourisme ont eu lieu au Palais des nations- Club des pins (Alger) et ont eu pour but de procéder à l’évaluation de la mise en œuvre du Schéma directeur d’aménagement touristique (SDAT) adopté par le Gouvernement en 2008. Organisées par le ministère du Tourisme et de l’Artisanat en collaboration avec l’Agence national du développement touristique (ANDT) sous le haut patronage du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, les assises se sont fixées comme objectif d’évaluer la mise en œuvre du Schéma directeur d’aménagement touristique (SDAT) à l’horizon 2030 à travers le débat et l’échange de vues entre près de 1000 participants dont des universitaires, des experts, des professionnels du tourisme, des acteurs privés dans le but d’établir une économie hors hydrocarbures et promouvoir la destination Algérie, le patrimoine naturel, historique, culturel et cultuel du pays. Les assises définiront la fin de la première phase du SDAT 2008-2018 qui a connu le lancement de plusieurs projets à caractère prioritaire à l’image du soutien à l’investissement, la remise à niveau et la réhabilitation des hôtels publics et le renforcement de la formation. Les quatre ateliers ont porté sur “la création de destinations durables, concurrentielles, attractives”, “gouvernance de destinations: mécanisme et moyens de coordination”, outre “le management touristique” et “les défis du développement touristiques à l’horizon 2030”. Les assises permettront, en outre, aux  participants de mettre en évidence l’importance de la gouvernance et de la décentralisation dans la prise de décision, la généralisation de la numérisation et du digital, la régularisation du foncier touristique comme préalable à l’investissement, la durabilité des territoires, la valorisation des richesses, l’aménagement touristiques et l’actualisation  et l’adaptation du SDAT aux développements survenant dans ce domaine.

Dans son discours, Abdelkader Benmessaoud, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, a déclaré qu’«en réalité, ces assises se déroulent dans une conjoncture économique mondiale très sensible, qui se caractérise par une concurrence forte, ce qui nous oblige à déployer plus d’efforts à tous les niveaux et cela en exploitant toutes les opportunités et en valorisant les atouts dont dispose l’Algérie pour relever les défis et gagner les nouveaux enjeux géostratégiques».

«Nous sommes satisfaits du volume important des investissements réalisés dans le domaine touristique.

Citons dans ce contexte que la capacité d’accueil est passée de 60 000 lits à 140 000 lits actuellement. Il existe aussi des projets (120 000 lits) aux normes internationales en cours d’exécution grâce aux mesures incitatives et aux facilitations qu’a accordées jusque-là l’Etat.

Cela va contribuer à gagner le défi de la qualité et de la compétitivité», souligne-t-il.

La stratégie touristique vise, selon lui, à réhabiliter la destination Algérie dans les marchés internationaux. Mais force est de constater que nos participations aux salons étrangers restent à faible impact. Il faut y aller avec plus de conviction et des objectifs clairs et chiffrés à atteindre. Une analyse approfondie du SDAT permet de saisir que l’outil en question avait comme objectif de stimuler et faciliter la construction de grappes territoriales de tourisme, la mise en réseau d’acteurs hétérogènes et non pas uniquement une juxtaposition d’acteurs isolés les uns des autres qui opèrent le plus souvent selon un schéma de cloisonnement des activités, reliés entre eux par des schémas formels et administratifs.
Il faut aussi comprendre que ce n’est plus le produit touristique qui fait la destination mais le territoire et sa capacité à innover pour créer une chaîne de valeur structurante.