L’UE ouvre son espace aux Algériens

Les Etats membres de l’Union européenne (UE) ont approuvé une liste d’une quinzaine de pays dont les ressortissants sont autorisés à voyager dans l’Union après la réouverture des frontières le 1er juillet 2020. L’Algérie y figure. 

Cette liste de pays a été adoptée à l’issue d’un vote à la majorité des pays de l’UE pour décider d’ouvrir leurs frontières dès le mercredi 1er juillet aux ressortissants des 15 pays dont la situation épidémiologique est jugée satisfaisante.   Ainsi, les voyageurs venant d’Algérie, Australie, Canada, Géorgie, Japon, Monténégro, Maroc, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Serbie, Corée du Sud, Thaïlande, Tunisie ,Uruguay et Chine, seront admis dans l’UE et l’espace Schengen    

La liste, qui a vocation à être révisée toutes les deux semaines, a exclu  les Etats-Unis, pays le plus touché au monde par la pandémie avec 125 928 décès pour près de 2,6 millions de cas répertoriés, le Brésil, la Russie, l’Inde et la Turquie notamment.  

L’élaboration de la liste a été une entreprise ardue, les européens étaient partagés sur l’ampleur et le rythme d’une levée des restrictions. Très dépendante du tourisme, la Grèce a commencé dès le 15 juin à rouvrir ses aéroports à plusieurs pays hors UE, dont la Chine, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud. Les Européens privilégient les visiteurs venus de pays dont la situation épidémiologique est semblable à celle de l’UE. Le taux de nouveaux cas de Covid-19 ne doit pas excéder 16 pour 100.000 habitants (moyenne dans l’UE) sur les 14 derniers jours, sur la base des données du 15 juin. Autres critères, une tendance à la stabilité ou à la baisse des nouveaux cas, ainsi que les mesures mises en place par le pays tiers pour lutter contre la pandémie, dont la pratique de tests, et la fiabilité des données. Mais aussi   des considérations économiques et sociales.