Mr Cheloufi commissaire du festival SITEV : « Le produit du Sud à l’honneur »

Mr Cheloufi est le directeur général de l’ONT, mais aussi commissaire du festival de tourisme. Il nous en parle avec passion et nous explique comment le SITEV s’est adapté à ses changements.

Mr Cheloufi, vous êtes directeur général de l’ONT, et vous avez été chois par la tutelle pour présider le commissariat du SITEV une mission de plus pour vous

Tout à fait, mais, c’est un honneur pour moi d’avoir la confiance du Ministre. Je le remercie beaucoup et j’espère être à la hauteur de cette confiance-là. Je suis un véritable militant de la cause nationale et du tourisme en Algérie, et je ferai tout pour réussir cet événement et contribuer un minimum soit-il dans l’édification de ce secteur.

L’édition de cette saison diffère des précédentes puisque  le SITEV est érigé sous forme de festival. C’est quoi la différence, expliquez-nous plus en détails ?

La forme juridique du salon a changé, au paravent le salon est  organisé par l’ONT. Pour cette année , il y’a eu un décret qui a transformé le salon en un festival, cela veut dire qu’un comité de d’organisation est mis en place, il est présidé par un commissaire ce qui lui donne plus de moyens, plus de flexibilité et une meilleure organisation notamment en matière de commande de prestation et de préparations comme s’il s’agissait d’une gestion d’une entreprise économique.

Un autre changement est intervenu, cette fois ci,  au niveau de la date,  d’habitude le SITEV est organisé au mois d’avril, il intervient cette année  en Octobre  est ce que vous vous êtes adaptés à ce changement ?

Effectivement les éditions précédentes se déroulaient pratiquement toutes au mois de mai, c’est-à-dire avant la saison estivale, on ne pouvait pas le faire cette année à cette même date en raison de Ramadhan.  Vous comprenez bien que  ce mois sacré est un peu contraignant pour les exposants. On a alors décalé au mois d’octobre et cela a donné plus d’opportunité à tous les acteurs parce que cette date la coïncide avec l’ouverture de la saison touristique saharienne, une saison plus longue que celle estivale car elle débute en Octobre et se termine en Avril soit plus de six mois. Ainsi l’organisation de ce festival en octobre convient parfaitement aux acteurs et au grand public pour préparer et programmer leurs séjours pendant la saison hivernale et la saison saharienne

Vous me tendez la perche pour parler du tourisme saharien. Pensez-vous réellement que la politique  mis en place par l’état en direction du produit du  sud, a donné ses fruits ?

Oui je le pense sincèrement. L’année dernière il y a eu un saut considérable dans le nombre de citoyens, nationaux et même étrangers qui ont visité le sud.

Vous savez, le produit phare du tourisme algérien n’est autre que le sud, il constitue à notre sens, la véritable locomotive de notre économie touristique. Il s’agit d’un potentiel, riche, unique et inégalé dans toute la région. Le sud algérien est comme un musée à ciel ouvert, il fait découvrir aux visiteurs l’originalité et l’authenticité de notre grand pays, ces espaces sur les différences civilisations, ces civilisations qui durent depuis des millénaires, de la préhistoire jusqu’à l’histoire contemporaine et moderne. En d’autre terme, le produit saharien, constitue  la stratégie, sure et garantie, pour la relance et le développement de notre tourisme, c’est à travers ce produit  qu’on va se démarquer des autres pays de la région.

 Donc vous voulez dire que le tourisme réceptif (la destination Algérie) dépend du tourisme saharien ?

Tout à fait, ce produit est très  demandé, notamment à l’international, il attire beaucoup de personnes de par sa qualité et sa notoriété. Aujourd’hui, on est à la recherche de nouvelles tendance pour découvrir la culture des régions et connaitre l’histoire des destinations à visiter, les us et coutumes des gens. Nous avons, donc,  un grand  potentiel de notre grand Sahara.  Et justement, c’est ce Sud  qui va tirer avec lui les autres  produits touristiques tels le balnéaire, le culturel, le médical, le bien être.

Peut-on revenir  au SITEV, quelle est la Thématique de cette année ?

Le festival va être organisé cette année avec une thématique qui met en valeur la stabilité de pays, la paix qui y règne, et  l’hospitalité du peuple algérien, donc ce sera un salon  sous le thème de  « l’Algérie terre de paix et d’hospitalité »

Comment  réagissez-vous aux contraintes financières et la situation économique du pays?  

On intervient dans les même formes et formules qu’auparavant et peut être avec plus de détermination. Car comme vous le savez, devant la chute des prix du pétrole et des recettes de la rente pétrolière le pouvoir public s’est orienté vers des secteurs porteurs. Le tourisme figure  parmi les cinq secteurs à grande portée économique.

Devant cette situation  quels sont les objectifs de cette 19 édition  en tant qu’organisateur ?

Les objectifs de cette édition rentrent toujours dans le cadre de la mise en œuvre des directives et des orientations des pouvoir publique et aussi du chemin directeur d’aménagement touristique, qui constitue la politique sectoriel et gouvernemental. Le salon constitue un évènement majeur dans le secteur tourisme, il va nous permettre de booster d’avantage l’image de la destination Algérie. Il faut que le secteur du tourisme puisse retrouver sa place parmi les secteurs économique de premier ordre. C’est cela notre objectif

Y a-t-il du nouveau  par rapport aux participants surtout sur le plan international ?

Ecoutez, nous avons réalisé un site web et une page Facebook dédier au SITEV, nous avons donc balancer l’information de cette édition la sur ce site-là, nous avons réalisé et diffuser un spot d’annonce l’adresse des acteurs, des opérateurs et grands publics au niveau national et international pour les inviter et venir participer nous avons également saisi les ambassades étrangère accréditées à Alger et nos ambassades à l’étranger pour informer les opérateurs et tous ceux qui sont concernés par l’activité touristique. On a eu plus d’une cinquantaine de participants  qui viennent de six pays à savoir , la Tunisie, la Turquie , Le Niger, l’Ethiopie, la Chine et la Finlande. Quant aux nationaux,  je pense que le chiffre va être beaucoup plus important, on va dépasser les 250 exposants, notamment dans le secteur privé (hôtels, banques, compagnies de transport, assurances, associations etc…)

Quel est le nombre de  visite enregistré  l’année passée, et combien espériez-vous en avoir cette année ?

Ecouter pour le grand public,  le chiffre était de près de 60000 visiteurs, cette année on compte le dépasser de loin.

Pour pouvoir le dépasser, Il va falloir organiser beaucoup d’activités. Avez-vous pensé à ce registre qui apporte une valeur ajouté au salon?  

Là, on rentre  directement dans le programme de l’événement, il comprend  une journée d’étude avec des ateliers et des interventions des professionnels  sur les techniques de promotions, le marketing , la commercialisation,  l’impact de l’utilisation des nouvelles technologies de l’information sur la promotion et la commercialisation des produit, il va y’avoir également une communication qui va porter sur  les grandes projets réalisés par les pouvoirs publics en matière de la promotion de la destination Algérie.

L’autre nouveauté est cet espace dédié au livre, on y trouve  toutes les publications en rapport avec le tourisme et à la promotion de la destination Algérie. Le livre est un moyen de communication c’est un moyen de transmettre  des messages. Un autre espace  média est dédié aux journalistes avec un centre de presse et aussi un espace B2B pour les rencontres professionnelles.

Côté Artisanat ?

il va y avoir un espace spécifique dédié exclusivement à l’artisanat au sens large , on y trouve l’habillement, la poterie, les ustensiles traditionnelles avec un clin d’œil particulier au sud. On va aussi organiser un concours de gastronomie avec des shows cooking pendant les quatre jours, dont un dédié à l’art culinaire des régions du sud, du moment que nous comptons beaucoup sur le tourisme saharien.

Et pour être en phase avec la thématique   arrêtée par l’organisation mondiale du tourisme pour célébrer la journée mondiale du tourisme  consacré, comme vous le savez, à la numérisation et à tout ce qui digital,

Nous avons réservé un espace à nos Start up, bloggeurs, acteurs et  opérateurs dans le domaine de la technologie, les influenceurs.

Avez-vous pensé à l’aspect culturel?

Bien sûr, l’esplanade de la SAFAX va être meublée par des kheima et des troupes folkloriques qui vont assurer le spectacle et l’animation.  Mais le nombre de troupes folkloriques du sud vont être importante par rapport aux autres régions par rapport a l’intérêt qu’on accord au tourisme saharien.

Un dernier mot, Mr Cheloufi?

Je saisi cette opportunité, pour inviter tous ceux qui s’intéressent d’une manière direct ou indirect par l’activité touristique qu’ils soient nationaux ou étrangers à visiter le salon, car il  constitue une grande  opportunité.

Notre destination mérite d’être mise en valeur d’avantage, mérite d’être prise en charge sur le plan promotionnelle. Nous avons tous pour réussir, à cet effet je lance un  appel à tous les acteurs du tourisme à fournir plus d’effort, pour développer ce secteur vital pour l’économie nationale, j’appelle tout un chacun à nous accompagner dans cette noble mission.