Quand le couscous ouvre l’appétit

La 2ème édition du Festival international du couscous a été organisé au palais de la culture d’Alger, avec la participation de 34 préparateurs de différentes wilayas en plus d’autres participants étrangers, venus essentiellement de Palestine, invitée d’honneur, d’Egypte, du Maroc, de la Tunisie, et de la Turquie.

Cette manifestation a été consacrée au couscous, plat traditionnel considéré comme l’un des plats les plus populaires en Afrique du Nord et qui vise à faire connaitre ce plat qui a acquis une renommée internationale à travers une exposition de plusieurs variantes de couscous traditionnel représentant les différentes régions du pays. La cuisine reflète la richesse et la diversité des cultures au sein de chaque pays. En Algérie, chaque région conserve jalousement ses spécificités culinaires, par exemple le couscous peut se décliner à l’infini, de Sétif, aux sauces aux mille ingrédients, de Kabylie, avec ses haricots verts et ses petits pois, et le couscous sans gluten. Les visiteurs ont découvert d’autres recettes tout à fait originales. Une autre exposition a présenté les modes de préparation du couscous avec une variété qui donne une image sur la richesse de ce plat dont le dossier de classement comme patrimoine de l’humanité sera déposé avant la fin mars 2019 auprès de la commission d’évaluation de l’UNESCO, au nom de quatre pays maghrébins.

Un plat national

Le Festival,  a prévu l’organisation de trois concours internationaux sur la préparation du couscous, consacrés aux jeunes talents, amateurs et professionnels, ainsi que des expositions d’artisanat qui mettent en exergue les différents ustensiles et outils de préparation de ce plat. Dans le Maghreb, le couscous est un plat national qui conserve une forte connotation religieuse et sociale. Présent à toutes les grandes occasions, de la naissance au mariage, c’est un vrai ciment du lien social. A chaque occasion son couscous et il serait impensable, par exemple, de le servir sans viandes à des invités de marque. Le couscous est, aujourd’hui, apprécié aux quatre coins du monde grâce, notamment, au talent des cuisiniers maghrébins. Ce destin international du couscous ne date pas d’hier. En effet, de l’autre côté de la Méditerranée, en Sicile, la préparation du couscous est une tradition séculaire. Cette notion de communion a d’ailleurs donné naissance en Sicile à un championnat du monde officiel, le Couscous Fest. Depuis 1998, on peut y goûter les saveurs du blé concassé et du bouillon de légumes à travers leurs déclinaisons méditerranéennes. C’est davantage un festival interculturel où on parle beaucoup d’unité, de partage et d’intégration. C’est une vraie fête car le couscous est un plat de fête. La Maison Lahlou du couscous traditionnel a obtenu le premier prix de ce Festival international du couscous  en 2005. Selon ses nombreux défenseurs, le couscous est paré de tous les bienfaits nutritionnels : complet, sain, facile à digérer. Ce n’est pas le plat en lui-même qui serait reconnu mais les traditions et les pratiques sociales qui lui sont associées.

La destination Algérie peut reprendre sa place dans le Bassin méditerranéen avec le développement de l’artisanat, la promotion des fêtes locales et l’art culinaire. La culture culinaire est un élément essentiel de l’expérience touristique : elle représente une part de plus en plus importante des dépenses des touristes. Dans le monde globalisé actuel, les consommateurs sont de plus en plus à la recherche d’expériences authentiques comme les traditions culinaires locales.