Saison estivale 2019 : Un défi majeur

 La saison estivale 2019 constitue un évènement majeur. Le secteur du tourisme et de l’artisanat accorde à cette activité une importance primordiale, notamment en matière du dispositif relatif à sa préparation et à son déroulement.

La saison estivale est caractérisée par une dynamique exceptionnelle créée par les déplacements des Algériens pendant les grandes vacances. Les villes côtières connaissent chaque année une affluence considérable, notamment en juillet et août qui se distingue par une demande intense de séjours pendant la période d’été. Le développement du tourisme interne figure parmi les principaux objectifs à travers la mise en place de conditions favorables permettant aux citoyens et visiteurs de passer leurs vacances en Algérie. Dans ce cadre, le Groupe Hôtellerie, Tourisme et Thermalisme (HTT), comme de tradition, programme différentes actions et activités.

La saison estivale est placée sous le thème «détente, confiance et respect de l’environnement». Selon une communication du groupe, «ce thème a une portée éco-responsable et devra être matérialisé sur le terrain et surtout au bord des plages et des côtes algériennes de l’Est à l’Ouest». Les institutions majeures sont également impliquées dans la réussite de la saison, à savoir, la protection civile et les services décentralisés du Ministère de la santé. Selon  Lazhar Bounafaa, PDG du groupe HTT, «la dynamique voulu pour la saison 2019 est celle du rapprochement du Sud du Nord, un tourisme domestique accru qui soit à la portée des familles algériennes. Nous avons préparé la saison estivale avec le ministère de la Jeunesse et des Sports, l’UGTA (Fédérations), ministère du Commerce et le ministère de la Culture (ONCI). Des partenaires vont contribuer à sa réussite et cette année sera plus variée, plus riche et plus intéressante que la saison dernière. Nous allons introduire toutes les activités sportives. Passer de 75 000 à 90 000 lits pour recevoir les estivants est un sursaut qualitatif très important, dans la mesure où on atteindra, avec le privé, 100 000 lits

Un riche programme inaugural

L’inauguration de la saison estivale a été programmée le 10 juin à Sidi Fredj avec la visite du centre de thalassothérapie, qui va recevoir des patients et des clients, suivie des Andalouses (Ouest) le 13 juin, Tipasa le 16 juin, Zéralda le 17 juin, les Hammadites (Béjaïa) le 19, où en une année, il a été réhabilité 80 chambres et Annaba le 23 juin. A Sidi Fredj, il y aura l’inauguration de l’Académie des métiers de plaisance et des activités nautiques. Au programme aussi, l’inauguration du bloc H3 du centre touristique (130 lits) et l’hôtel El Marsa (300 lits) livré fin juillet et mis en service et un atelier de réparation navale. A Zéralda, il a été procédé à la réhabilitation de 450 chambres au Mazafran, le centre touristique, et l’hôtel les Sables d’or qui sera livré vers septembre/octobre prochains. Cet été, il sera procédé également au niveau de l’EGT Tipasa à la réouverture de 60 bungalows du complexe la Corne d’or et le Centre européen touristique (CET) avec 1900 lits. Le village touristique de la Corne d’Or est situé en bord de mer à environ 1 km à l’est de Tipaza. Il a été ouvert en 1975. Le complexe est composé de petites maisons traditionnelles de style architectural Mozabite. Le village a été conçu par l’architecte français Fernand Pouillon. Le ministre du tourisme et de l’artisanat  attend des PDG et des directeurs d’hôtels une implication plus active, des initiatives et des actions fortes et non de simples campagnes, encore moins des effets d’annonce.   

459 plages autorisées à la baignade…

Les statistiques ont mis en évidence de l’ouverture de 49 plages à la baignade ainsi, on est passé de 410 plages en 2018 à 459 plages en 2019, 138 plages interdites et 24 plages concédées (-15 %). Les causes des interdictions sont dues à la pollution, la dangerosité (rochers à fleur d’eau), les travaux et l’absence d’accès. Pour la saison estivale 2019, la direction générale a procédé à la mobilisation de 24 000 agents professionnels et saisonniers, contre 18 000 en 2018, soit une augmentation de 6000 agents. Le dispositif opérationnel a été pourvu en moyens matériels supplémentaires, particulièrement en ce qui concerne les embarcations pneumatiques, ainsi que les matériels collectifs et individuels d’intervention. La Protection civile a lancé une campagne de prévention et de sensibilisation sur les dangers de la mer et la baignade depuis le 20 mai dernier à travers tout le territoire national, afin, d’«inculquer aux citoyens la culture de la prévention du risque de noyade au niveau des plages, notamment celles plages interdites».

…Et 839 structures d’accueil

Il a été relevé l’augmentation des capacités d’accueil au niveau des 14 wilayas côtières, passant de 755 à 839 structures. 84 établissements hôteliers et touristiques publics et privés sont entrés en exploitation avec une capacité de 11 666 lits (52 hôtels, 10 meublés, 9 résidences touristiques, 7 auberges, 3 villages de vacances, 2 camping et 1 chalet). Considérant que la saison estivale est la période des grandes vacances par excellence, le volet relatif à la promotion,  la communication et l’information revêt une importance primordiale notamment, au niveau des points de transit et de passage (les aéroports, les ports, les postes frontaliers et les villes côtières).

Une caravane des plages

Un plan d’action a été élaboré avec la participation des établissements sous tutelle, à l’instar du Groupe Hôtellerie, Tourisme et Thermalisme (HTT), pour la promotion touristique l’Office National du Tourisme (ONT), et les directions de tourisme et de l’artisanat (membres des commissions de wilayas chargées de la saison estivale). L’ONT est chargé de réaliser les actions de promotion touristique, notamment celles relatives à la saison estivale comme l’édition des cartes touristiques, les affiches, la participation aux émissions radio et TV selon un programme préétabli, ainsi que des compagnes de sensibilisation au niveau des plages. L’Office a annoncé l’organisation d’une caravane des plages en direction des lieux des vacanciers à laquelle seront associés des journalistes pour communiquer sur les atouts touristiques du pays. En plus de la conception et la réalisation d’un support de communication, notamment des dépliants et cartes ainsi que la mise en place d’un passeport touristique. Il s’agit de bus habillés aux couleurs de l’ONT pour bronzer algérien et qui vont sillonner les 1200 km de côte, d’Est en Ouest, d’El Kala à Maghnia.

Partir moins loin, et…Acheter malin

La mission essentielle est de semer chez les Algériens cette envie de découvrir leur pays. L’ONT n’est pas obligé de les emmener jusqu’au bout de la terre pour apprécier le pays des merveilles. Elle doit être un instrument de communication et de promotion de la destination Algérie au niveau national et international et avoir des visions novatrices.    

La saison estivale est une opportunité pour relancer le tourisme interne qui doit  jouer un rôle central dans le nouveau modèle de croissance économique qui a été adopté

par le gouvernement dans le cadre d’une stratégie qui place le tourisme comme l’un des secteurs prioritaires qui doit atténuer notre dépendance aux hydrocarbures. Le souci est de favoriser un séjour de qualité aux clients nationaux. La qualité représente l’élément distinctif primordial dans les produits, services et prestations offerts et commercialisés. Plusieurs Algériens déclarent partir en vacances l’été. Le type de vacances recherchées est à 85% pour le bord de mer. Les attentes exprimées des Algériens établis à l’étranger vont dans le sens de la faiblesse de l’offre touristique en général (les coûts prohibitifs de la destination, l’absence de professionnalisme qui prévaut dans le secteur, l’état d’abandon des sites historiques et/ou archéologiques et l’absence d’information sur les destinations et les activités possibles). En consommateurs avertis, les vacanciers utilisent tous les leviers à leur disposition pour ajuster leurs dépenses à un budget vacances en berne. Partir moins loin, et «acheter malin»sont autant de façons nouvelles d’organiser ses vacances, comportements avec lesquels il va falloir désormais compter.

Réactivation des conventions et… tarifs préférentiels

Les départs en vacances sont très fortement conditionnés par le niveau de vie. Le budgetréservé aux vacances a en effet tendance à diminuer. Pour préserver leur capacité de départ en vacances tout en tenant compte de leurs contraintes budgétaires, les Algériens ont recours à des solutions moins coûteuses. La majorité des séjours a lieu en hébergement non marchand, dans la famille ou chez des amis par exemple. Pour les Algériens, Les vacances, et plus largement les loisirs, sont des temps collectifs qui favorisent les rencontres. Elles sont des vecteurs de valeurs positives.

Dans le but de diversifier l’offre touristique et inciter les estivants à séjourner au niveau des établissements touristiques et hôteliers publics et privés, il a été proposé la réactivation des conventions signées avec les partenaires sociaux, à travers  l’application de tarifs préférentiels et compétitifs (des remises allant de 20 à 50 %) au profit des familles et de groupes de jeunes, afin de créer une dynamique touristique locale et nationale.  

Chaque année, les mêmes contraintes sont signalées durant la saison estivale. La plus récurrente est la contrainte liée aux plages attenantes aux structures et les modalités de concession ou d’exploitation (une loi a été pourtant adoptée en 2003).  L’expérience de l’aménagement des plages doit être reconduite avec plus de rigueur et de professionnalisme. Compte tenu du rôle important que joue l’artisanat durant la saison estivale à travers les différentes manifestations promotionnelles sur le territoire national, un programme a été tracé pour l’année 2019 afin de commercialiser les produits des artisans, ce qui crée une dynamique et un climat de divertissement pendant la saison estivale. Ces évènements se sont vu attribuer des espaces dans les centres villes et places publiques, ports de plaisance, plages, hôtels et complexes touristiques, jardins publics et les structures de l’artisanat.