Tebboune insiste sur “un véritable” développement du tourisme

La Présidence de la République a insisté sur un “véritable” développement du secteur du tourisme et de l’artisanat, afin de lui permettre de devenir un outil de productivité, créateur de richesse et de postes d’emploi.

Intervenant lors du conseil des ministres après l’exposé présenté par le ministre du Tourisme, de  l’Artisanat et du Travail familial, , M. Tebboune a relevé « l’impérative réalisation d’un véritable développement du secteur du tourisme et de l’artisanat, afin de lui permettre de devenir un outil de productivité, créateur de richesse et de postes d’emploi » Ceci requiert, a-t-il dit,  « l’assainissement du foncier touristique, l’encouragement des investissements touristiques écologiques, l’octroi d’incitations en vue d’élargir et d’ouvrir l’investissement touristique productif aux Algériens établis à l’étranger et aux investissements directs étrangers (IDE) dans les zones d’extension touristique, et ce dans le cadre de la transparence totale ».

Le Président de la République a également appelé à « la mise en place de mesures incitatives au profit des artisans en vue de leur permettre d’exporter leurs produits et des dispositions à même de préserver les métiers et les activités en voie de disparition et de promouvoir les activités de la famille ». 

Lors du Conseil des ministres, le Ministre du tourisme a proposé la mise en place de mesures “urgentes” aux horizons 2020 et 2021 et d’autres à l’horizon 2024 afin de replacer l’Algérie sur l’échiquier du tourisme mondial, et ce par  « la structuration des projets touristiques selon les spécificités de chaque région, l’assainissement du foncier touristique à travers l’annulation totale ou partielle des zones d’expansion touristique (ZET), l’accélération du parachèvement des plans d’aménagement touristique des ZET, la création du Fonds de garantie des crédits aux  projets touristiques des petites et moyennes entreprises et la suppression de la règle 51/49 en vue d’encourager l’investissement étranger dans le secteur ».