Un comité de pilotage pour relancer le tourisme

Pour faire face à la pandémie du Covid-19, un comité de pilotage opérationnel a été créé avec comme objectif la relance des activités touristiques. 

Dans ce contexte, une rencontre a été organisée ce samedi 15 août 2020 à l’hôtel El-Aurassi (Alger) en présence de deux ministres, Mohamed Hamidou, ministre du tourisme, de l’artisanat et du travail familial et Lazhar Hani, ministre des transports. Leur implication personnelle traduit la volonté du gouvernement à vouloir aider les entreprises pour traverser cette dure épreuve. Des conventions cadres ont été signées pour la commercialisation des produits hôteliers et touristiques à des tarifs préférentiels étudiés sous forme de packages. Ce qui permet aux agences de voyages de sortir un peu la tête de l’eau évitant l’asphyxie. 

Ce comité de pilotage vise en priorité la relance progressive des activités «de ce qui reste de la période estivale» mais ses ambitions ne se limitent pas à la préparation d’une saison touristique. Il veut s’inscrire dans la durée et redonner de la valeur à l’ensemble de la chaîne touristique. 

Dans un communiqué de presse, il considère que «les conditions sont mûres pour le lancement d’un large plan d’action pour le développement du tourisme domestique. Avec des  frontières  fermées, l’occasion est propice pour réunir l’ensemble des conditions pour la redynamisation du tourisme domestique. Et quand bien même ces frontières seraient rouvertes, les touristes algériens auront encore des appréhensions à voyager à l’étranger en raison de possibles autres  vagues de la pandémie». 

Booster le tourisme domestique 

Il veut convaincre les Algériens à passer leurs vacances au pays. Et pour y arriver, plusieurs moyens sont utilisés : des  tarifs préférentiels en hôtellerie et en transport aérien, un plan de communication pour sensibiliser les citoyens et un protocole sanitaire à même de préserver leur santé. Le Comité de Pilotage Opérationnel, a préparé un programme de séjours à travers les principales destinations touristiques balnéaires nationales. 

Le Comité de Pilotage Opérationnel envisage toutefois, de poursuivre ses actions pour la préparation des saisons touristiques des années prochaines même après la pandémie. C’est du reste, dans cet esprit, que la SNTF a été invitée à se joindre à cette dynamique, celle de la relance touristique par le moyen du train touristique. 

Pour Lazhar Bounafaa, PDG du groupe HTT, «le train est un allié fidèle et rassurant qui favorise la promotion des territoires et la découverte des régions enclavées».

L’aérien : une crise sans précédent

Bakhouche Alleche PDG Air Algérie dresse un constat amer : «Les secteurs du tourisme et du voyage nationaux et internationaux traversent une crise sans précédent. L’ensemble de la chaîne du voyage a été sévèrement impactée par le covid-19 et ne génère pratiquement plus de chiffre d’affaires». 

La compagnie aérienne Air Algérie a perdu 16,3 milliards de dinars, suite à l’annulation de 4357 vols entre mars et avril. La compagnie aérienne Tassili Airlines, une autre filiale de Sonatrach, a perdu 595 millions de dinars, à la fin avril. Les experts estiment que tout ce qu’ont subi les compagnies aériennes mondiales jusqu’à présent n’est qu’un premier choc. Ces compagnies vont subir un deuxième choc, qui sera plus dur, celui de la faiblesse des flux des passagers après la reprise.  

Touchés de plein fouet par les mesures de confinement et la réduction drastique du nombre de passagers, la Société nationale des Transports ferroviaires (SNTF), a engendré des pertes considérables estimées à 50% de son chiffre d’affaires.

En mutualisant leurs moyens et en proposant des tarifs incitatifs, les secteurs du tourisme et des transports qui sont interdépendants vont tenter de redonner vie à leurs activités et faire un peu de bénéfice en attendant la sortie de cette crise sanitaire.