Une rencontre internationale en guise de promotion

L’Algérie veut donner plus d’importance au secteur de la thalassothérapie et du bien-être. Preuve en est, cette rencontre à haut niveau, organisé le mois dernier par les services du Ministère du Tourisme et de l’Artisanat.

C’est dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations des Assises nationales du tourisme que M. Abdelkader Benmessaoud, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, a présidé, le mois dernier,  une rencontre sur le tourisme thermal en Algérie. Cette rencontre qui a regroupé tous les décideurs du secteur est organisée selon un communiqué de presse « dans le but d’étudier et proposer les mécanismes et les outils nécessaires à la mise en œuvre du plan de développement et de promotion du tourisme thermal ». Le premier responsable du secteur a déclaré , dans son allocution d’ouverture que « Les potentialités thermales en Algérie sont énormes » pour lui « L’actualisation du bilan thermal, réalisé en 2015, a permis d’identifier 282 sources thermales, dont 100 sites peuvent abriter de nouveaux projets. Considérant que ce type de tourisme échappe au phénomène de la saisonnalité, il faut le développer et le promouvoir pour en faire un véritable instrument de développement économique et social du pays»

Un plan tracé depuis quatre ans

Le ministère de tutelle a tracé un plan de développement du tourisme thermal en encourageant et soutenant l’investissement dans ce domaine.

L’Algérie dispose d’un potentiel thermal considérable réparti sur l’ensemble du territoire national, et caractérisé par la diversité des vertus thérapeutiques de ses eaux. Le tourisme thermal et de bien-être, constitue une priorité de développement du secteur compte tenu du potentiel thermal disponible, ainsi qu’une demande croissante et multi forme de la population en quête de villégiature, de détente, de soins et de remise en forme. Mais en dépit des potentialités, on n’évoque que l’aspect mythique du thermalisme. Pourtant, il peut être un bon allié pour soutenir le tourisme interne. La volonté et l’engagement des pouvoirs publics à soutenir la relance du secteur du tourisme, considéré comme première industrie mondiale, dont le tourisme thermal et de bien-être, impose néanmoins la formulation d’une vision claire de cette filière ainsi que la mise en place d’un plan de développement de ce produit touristique.

282 sources réparties sur 38 wilayas.

L’actualisation du bilan thermal, réalisé en 2015, a permis d’identifier 282 sources thermales, réparties sur 38 wilayas. Malgré l’importance de ce potentiel, l’offre algérienne en matière du tourisme thermal, de santé et de bien-être, reste insuffisante, même s’il existe actuellement 27 établissements en exploitation et plus de 30 projets en cours de réalisation. Par ailleurs, sur les 282 sources répertoriées, et en plus de ceux qui sont déjà exploités, 100 sites peuvent abriter de nouveaux projets.

L’Algérie compte 8 stations thermales relevant du secteur public et 13  stations appartenant à des privés, outre les centres de thalassothérapie de Sidi Fredj et d’Oran. Selon les statistiques, près de 500 000 personnes se rendent annuellement à ces établissements pour des soins ou pour des vacances. Environ trois millions de clients par an ont été enregistré d’où la  nécessité de promouvoir ce type d’activité importante et vitale pour le développement économique au regard de son apport financier tout au long de l’année.